Mariage, été, dévoiler l'amour

Chronique de l’Ailleurs n°30 – PARIS, IL Y A UN AN

D’habitude, à cette époque, Paris perd ses premières feuilles, pleure l’abandon de l’été, de la légèreté, de la lumière qui donne à chaque coin de rue un éclat de beauté. Il fait très chaud en cette fin août. Un pic de canicule, le changement climatique, un air de vacances qui se prolonge, qui étire la douceur estivale.

Enfiler la robe. Une robe merveilleuse, un modèle baptisé « Olympe » par la couturière de la rue Rosa Bonheur. Il y a le bustier structuré qui dévoile les épaules et fait un décolleté magnifique ; il y a la ceinture qui marque la taille ; il y a la jupe en soie, longue, fluide. Pas de dentelle, pas de frou-frou, une robe avec des lignes, qui ne transforme ni en princesse ni en poupée, une robe comme un costume pour entrer en scène, pour jouer pleinement le rôle.

Je souris et convoque Olympe, non pas l’Olympe où siège Zeus, je n’ai nul besoin de dieux grecs, l’autre, Olympe de Gouges, femme de lettres, pionnière, révolutionnaire, guillotinée par Robespierre pour sa liberté, pour sa parole osée, pour ses idéaux acérés.

Marcher à la rencontre de mon homme, aller poser ma signature dans le registre de la mairie, habillée d’une robe qui déclame les droits de la femme et de la citoyenne,
oui, ça me plait.

Et puis, j’aime que le tissu, un peu cassé, un peu crème, soit contredit par les paillettes dorées des escarpins.

Je suis drapée dans une robe qui se voudrait virginale, chaussée de souliers Hollywood,
je suis prêtresse de l’Amour, sensuelle comme la Marilyn,
je suis une femme libre,
et, fort, pour que tout le monde entende,
même ceux au fond de la salle,

je dis
OUI

Oui tu seras mon mari
Oui je partagerai ta vie
Oui Oui Oui

Ni blanche colombe
Ni oie blanche
Je suis blanche des nuages de nos rêves
Blanche du papier à noircir
Blanche du haut des montagnes où tu m’emmènes
Blanche comme l’écume des mers intenses et chahutées que je suis prête à traverser avec toi

Blanche de joie
Blanchit et rajeunit
Avec toi, je me lance
Une autre existence
Une autre chance
Que la fête commence.

Laissez-moi un commentaire sur ma page Facebook