Féminisme, MeToo, MoiAussi, ViolencesSexistes

Chronique de l’Ailleurs n°38 – PARTOUT SUR LE WEB #MOIAUSSI #METOO

Une voix et une autre et une autre et une autre et une autre. Des dizaines, des centaines, des milliers. A l’infini. Les femmes racontent les remarques insultantes, les gestes qui nient leur intégrité, les agressions qui traumatisent.

La multiplication des témoignages souligne l’ampleur de cette violence, son côté systématique. Est-ce que c’est vraiment neuf, pour autant, comme dénonciation ? Est-ce que les hommes « normaux » découvrent ce que subissent les femmes de leur entourage ?

Je ne peux pas répondre à la place de mon père, mon mari, mes cousins, mes amis, mes coworkers masculins. Avec certains, j’ai profité de l’actualité pour faire part des maintes attaques que j’ai moi-même vécu. Honnêtement, leur réaction de surprise, leur façon de défendre leur propre attitude, m’ont agacée. Il y a des progrès à faire dans l’éducation des garçons pour qu’ils respectent les femmes et qu’ils apprennent à les écouter.

Cela dit, je mesure le changement positif qui permet à toutes les femmes de s’exprimer sur ce sujet. Jusqu’à maintenant, le fait que les femmes soient confrontées à des agressions sexuelles, c’était accueilli avec fatalisme. Pas de gros titre sur la thématique. Pour les pouvoirs politiques, pour les médias, pour les sociétés occidentales, les femmes devaient se débrouiller, apprendre à naviguer dans les eaux infestées de crocodiles, développer toutes seules des « techniques » pour se protéger.

J’ai l’impression que ces jours-ci, nous venons de passer un cap dans notre conscience collective. Évidemment, les violences sexistes ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il est désormais reconnu que c’est inacceptable et que nous devons travailler collectivement à l’éradication de cette violence. C’est comme pour l’esclavage, le racisme ou le travail des enfants : un jour, l’humanité a compris que cela ne pouvait pas perdurer. Des mesures ont été prises, des lois ont été passées, les mentalités ont évolué.

Ainsi, je veux croire que ces paroles, nos paroles de femmes, qui inondent le Web, marquent une nouvelle étape pour l’humanité : une étape supplémentaire dans le respect des femmes, dans l’égalité entre les hommes et les femmes, dans la liberté réelle que vivent les femmes.

Au fait, vous connaissez la newsletter Les Glorieuses ? Non ? Eh bien, inscrivez-vous pour la recevoir, j’adore comment y sont abordés les enjeux féministes de notre époque. Et laissez-moi un commentaire pour partager vos propres livres et références féministes !

Photo de Malala Yousafzai, Pakistanaise, 20 ans, qui milite pour l’éducation des filles, qui a reçu le Prix Nobel de la Paix en 2014 pour son action et son courage.