épices, traiteur indien, manger, savourer, plaisir gustatif

Chronique de Nos Vies n°15 – NOSTALGIE DES EPICES

Il lui arrive de regarder autour d’elle, les montagnes, le lac, la ville aux rues bien tracées, et de pousser un long soupir. Bangalore la bouillonnante, avec ses dix millions d’habitants, avec son effervescence du quotidien, lui manque. Bangalore, dans le sud de l’Inde, Shweta y née, elle y a grandi, elle a vu la ville se transformer, grossir, se faire une réputation au niveau mondial quant à ses entreprises de nouvelles technologies. Bangalore, malgré sa chaleur intense, sa pollution asphyxiante, elle ne peut pas l’oublier.

Bien sûr, c’était son désir de voyager, bien sûr, c’était son choix d’épouser un Français, bien sûr, elle était d’accord pour s’installer avec lui à Lausanne. D’ailleurs, sa vie suisse lui convient : Shweta aime son boulot de prof de dessin, elle aime leur appart, elle est contente de l’école que fréquente leur fille… Loin de ses habitudes de se plaindre. C’est juste que là, au fond de son cœur, il y a cette mélancolie douloureuse. Son âme voudrait plus de couleurs, plus d’ébullition, plus de fracas.

Il y a deux ans, la douleur est devenue trop aiguë. Il fallait agir pour éviter de sombrer. Remettre une dose d’Inde dans son présent. L’idée est venue se faufiler dans ses pensées, elle s’est faite insistante. Cuisiner. Après tout, elle s’est dit, pourquoi pas ? Ce serait rendre hommage aux saveurs de sa mère et de sa grand-mère. Ce serait laisser de la place à cette activité qui lui procure un sentiment d’apaisement. Cuisiner les plats de sa terre natale. Lancer un service de traiteur à domicile.

Désormais, le week-end, Shweta reçoit des commandes : elle prépare les lentilles, les beignets, le riz, elle assaisonne les légumes, elle saupoudre le piment, elle joue sur les contrastes de textures, de goûts, elle s’amuse à mettre en valeur, dans ses photos, ce qu’elle arrange dans les assiettes… Et, franchement, c’est réussi parce que c’est délicieux ! Je trouve dans sa nourriture quelque chose d’authentique, qui fait remonter mes souvenirs de Delhi, de Bombay, du Kerala… Et mon âme, avec la sienne, se sent remplie en étant nourrie de la sorte.

Et vous, que cuisinez-vous quand vous avez besoin de réconfort ? Laissez un mot en commentaire.

Photo : traiteur SWAD