mathilde vermer auteur

NOUS REINVENTER – PISTE 35 : PRENDRE ACTE ET SORTIR DE LA PASSIVITE

Trump, donc. Moi comme les autres : effarement, déception, inquiétude. Ressasser : domination de la peur, défaite de l’intelligence, et nos sociétés qui filent à toute allure vers le chaos.

Moi comme d’autres : penser aux élections françaises de 2017. Abdiquer déjà ? Se dire que c’est foutu, que les dés sont jetés, qu’on connaîtra forcément l’effet domino ? Non ! Surtout pas ! Même si l’issue est incertaine, tenir l’espoir, haut dans le ciel de nos cœurs.

Deux réflexions me sont venues pour cheminer hors des ténèbres :

1/ il me semble que cette victoire électorale marque le triomphe de la frustration et de l’impuissance. Des gens amers, tellement maltraités par leur existence, incapables d’envisager d’autres possibilités pour eux-mêmes qu’ils en viennent à chercher des coupables et qu’ils se sentent autorisés à frapper sur autrui (en particulier femmes, minorités, LGBT, etc) comme un exutoire, comme un lot de consolation.

Loin de penser que ces gens sont des barbares, en tout différents de moi, je sais au contraire qu’ils sont la manifestation décuplée de mes douleurs. Nous souffrons tous au cours de notre vie. A chaque échec, perte, chagrin, trahison, nous pouvons nous durcir, nous refermer, décider d’en vouloir à la terre entière. Pour ne pas réagir ainsi, il faut savoir prendre soin de soi, se donner une dose de bonheur pour atténuer la dureté du coup. En conséquence, je crois que l’époque nous impose d’être heureux. Aller puiser dans les zones où l’on trouve de quoi nourrir notre équilibre. L’amour au sens large, amitié, couple, famille. L’art. Le sport. La nature. La connexion à quelque chose de plus vaste et lumineux. On a TOUS au moins un endroit qui nous donne du carburant, on a TOUS au moins un endroit où nous pouvons développer une forme de contentement.

Et puis, pour les autres aspects de notre existence, prendre ces risques qu’on a toujours repoussés. Ecouter ses élans, oser aller vers ses rêves, arrêter de vivre à moitié et de s’en plaindre, ne plus se chercher des excuses pour attendre les bras ballants. Quitter son job ou son partenaire si besoin. Décrocher la formation qui permet une reconversion. Se débarrasser d’habitudes morbides qui détruisent notre santé. Se débrouiller pour réunir des ressources et partir voyager, si tel est l’appel. Payer le prix pour être pleinement au volant de sa vie et pour ne pas succomber à ce monstre d’aigreur qu’il serait si facile de devenir.

2/ il est temps également de s’investir dans le fonctionnement de ce « nous ». Dans notre environnement professionnel, notre voisinage, une association, un journal, un parti. Peu importe le lieu, la forme, la cause (écologie, illettrisme, éducation, santé, lutte contre les discriminations, etc). Ce qui compte c’est de devenir pleinement citoyen, d’exercer notre discernement et notre pouvoir d’action. Moi je vois deux axes sur lesquels j’ai envie de me mobiliser davantage : la lutte contre les inégalités sociales et économiques (ces inégalités, terreau de haine) et le féminisme (les droits des femmes sont si fragiles). J’ai repéré certaines actions faciles à mettre en place, et pour d’autres, je vais me renseigner puis me bouger.

Conclusion : allez, zou, vous et moi, courage, ne perdons plus de temps à pleurer, revenons vers l’action, trouvons comment incarner une forme de clarté dans l’obscurité, ayons confiance que tous nos flambeaux perceront l’opacité de ces jours. Et comme chantait Léonard, ce merveilleux poète qui vient de nous laisser orphelins : Alléluia !

#NousReinventer #NotAfraid #NotInWar #Trump #Elections2017 #Agir #Féminisme #Paix #Liberté #Résistance #Justice

Pour commenter / partager cet article, RDV sur ma page facebook en cliquant là