mathilde vermer auteur

NOUS REINVENTER – PISTE 40 : CONCLURE ET REBONDIR

Donc c’est la fin. La fin de 2016, cette année qui a multiplié les coups de théâtre et les profonds bouleversements. Evidemment, le dernier séisme, c’est l’effondrement d’Alep. Personnellement, je me sens effarée, meurtrie, hantée, par les images et vidéos qui viennent de là-bas. Je crois qu’il s’est joué, pour l’humanité entière, quelque chose de très grave ces jours-ci à Alep. On verra comment l’avenir nous permettra d’analyser cette série d’évènements et cette épisode de victoire russe.

Bref, après toutes ces tempêtes, certains disent : bon débarras de cette année maudite ! Vive 2017 ! Etrange comme formulation, non ? Comme si le changement d’année allait effacer les réalités. Comme s’il n’y aurait pas de continuité entre 2016 et 2017. Ne serait-il pas plus pertinent de se dire : qu’est-ce que je fais en 2017 étant donné ce qui s’est joué en 2016 ? Comment je prends en compte la nouvelle donne, internationale, politique, sociale, économique pour me positionner lors de l’année qui vient ?

Moi, cette année, j’ai senti de façon acérée notre fragilité. Notre vulnérabilité collective et individuelle. Eprouver ce sentiment de fragilité, c’est terriblement vertigineux. C’est aussi une chance. Une chance ? Bah oui. Si le monde tangue, si les certitudes valdinguent, si nos systèmes démocratiques s’écroulent, il est temps de mettre un terme à cette forme d’inertie qui nous happe si facilement. En 2016, pour ma part, j’ai pris la plume d’une toute autre manière. Et par ce geste, à travers cette reconnexion avec un essentiel, j’ai repris les rênes de ma vie. Si tout s’affaisse, si la mort se rapproche, alors je n’ai plus envie de perdre mon temps. J’ai envie d’agir, à mon niveau, et j’ai envie de faire des choix, dans ma vie personnelle et professionnelle qui soient conformes à mes valeurs et mes convictions. Plus de compromis. Plus de demi-choix. Je suis encore libre, moi. Je ne subis pas les pluies de bombes. Alors, moi, je décide de sortir du silence, je décide de m’emparer des espaces où je peux intervenir et je me bouge. Ici et maintenant. En 2016, en 2017, en 2018, les yeux grands ouverts, j’avance sur cette planète.

Et vous, vous l’abordez comment cette année toute neuve ?

Vous voulez me laisser un commentaire ? RDV sur ma page facebook