plaisir lire rayons encombrés

Chronique de l’Ailleurs n°35 – DANS MA BIBLIOTHEQUE

Hier, je cherchais un volume de Paul Eluard. Pas moyen de mettre la main dessus. Il a fallu que je farfouille pour le trouver, coincé derrière une rangée de livres de poche. Pas du tout à sa place habituelle… Enfin, à la place où il me semble l’avoir vu il y a quelques mois.

J’ai renoncé à l’idée de classer mes livres. Je n’ai pas la patience, ou la technique, pour ce genre de mission. Quoi ? Ordre alphabétique ? Genre littéraire ? Taille ? A un moment, j’avais toute la poésie d’un côté, tous les essais de l’autre, et en vrac, au milieu, toute la littérature. C’était très bien, ce rangement approximatif. Et puis la vie a repris son cours, les bouquins, pour moi, ce sont des objets vivants, je les prends, les ouvre, les oublie dans la cuisine, les empile dans la chambre, puis tout à coup, il faut faire le ménage, et je les recase où je peux, là où l’espace est encore disponible.

Cela dit, en cherchant Eluard, j’ai retrouvé des bouquins que je n’avais pas sortis depuis longtemps, et j’ai passé un moment en leur compagnie, relire un passage, comme ça, au hasard. Des bouquins intenses, qui me propulsent en une fraction de seconde vers l’ailleurs. Parmi eux, j’ai envie de vous parler de 5 romans :

1- L’équilibre du monde, de Rohinton Mistry

> Une fresque à Bombay, entre violence et force solaire des relations humaines.

2- Certaines n’avaient jamais vu la mer, de Julie Otsuka

> Sur les japonaises qui débarquent en Californie au début du XX° siècle. Ecriture magnifique, un chœur qui parle, envoutant, déroutant, absorbant.

3- Les Disparus, de Daniel Mendelsohn

> L’épopée d’un Juif Américain sur les traces de sa famille, assassinée en Pologne en 1942. Le récit est entrecoupé de références à la mythologie et à la Bible : génial !

4- Just Kids, de Patti Smith

> Un récit rock, dans le New York des années 70, parmi des artistes incroyablement libres.

5- Americanah, de Chimamanda Ngozi Adichie (je triche, je viens de le finir… si fabuleux !)

> L’histoire d’Ifemelu, qui quitte Lagos pour aller étudier à Philadelphie. Un livre qui rend intelligent, qui ouvre le regard, qui décrypte la fabrique des préjugés racistes.

Pour finir, voici les cinq récits que j’ai très envie de lire cet automne :

– L’ordre du jour, Eric Vuillard

– Nos Richesses, Kaouther Adimi

– Je me promets d’éclatantes revanches, Valentine Goby

– Le livre que je ne voulais pas écrire, Erwan Larher

– L’art de perdre, Alice Zeniter

Et vous, quel est votre rapport à votre bibliothèque ? Quels romans vous amènent ailleurs ? Quels livres avez-vous envie de dévorer en cette rentrée littéraire ? Mettez un mot en commentaire !