Auteure | Coach Littéraire

M’Chroniques n°23 – JE DIS AIME

La semaine dernière, j’ai écrit sur l’Amour – sur l’Amour comme force d’unité, comme ingrédient essentiel pour construire notre futur collectif. Et comme souvent, la vie, joueuse, a décidé de me tester. Car la vie sait qu’il faut ramener les grandes questions dans le concret, le quotidien, le minuscule. Ah bon, m’a-t-elle dit, tu crois en l’Amour ? Mais es-tu prête à aimer ? Es-tu prête à renoncer à ton envie d’avoir raison ? Es-tu prête à accepter la personne aimée comme elle est, sans vouloir la changer ? Es-tu prête à pardonner et à demander pardon ? Es-tu prête à grandir, être transformée, te dépasser ? Es-tu prête à prendre un risque, à nommer tes sentiments, à te dévoiler à la personne aimée ? Jusqu’à où es-tu capable de donner ? Et jusqu’à où es-tu disponible pour recevoir ? Cette semaine, la vie m’a envoyé trois exercices pratiques.

Il y a eu cette conversation compliquée avec une amie fâchée, parce que je l’ai blessée. Des heures au téléphone, pour écouter, pour essayer de comprendre, pour renoncer à imposer mon point de vue, pour admettre mes torts et mes limites, pour tenter de réparer, pour chercher un pont et un remède. Le résultat ? Je ne sais pas…. Chronos nous dira si la réparation est possible, si l’amitié survit à la blessure.

Il y a eu, ensuite, cet échange étrange avec un père que j’ai tellement mis à distance, un père qui m’a fait tellement de mal, à qui j’en ai voulu si fort, si violemment, un père qui m’appelle pour me dire qu’il a besoin de rétablir le lien, qu’il veut que je fasse partie de son existence, qu’il souhaite que le combat entre nous cesse. Oh comme c’est dur quand le cœur a été trahi, malmené, amputé, comme c’est dur de rouvrir la porte, de s’engager dans le dégel, de marcher vers un accord de paix. Mais en même temps, quel poison de rester dans l’amertume et le ressentiment, quel enfermement aux effets radioactifs… Je me suis épuisée à le détester. Et comme j’ai besoin de cicatriser maintenant… Le résultat ? Je ne suis sûre de rien mais je suis fière d’avoir osé un pas vers la réconciliation. Là encore, Chronos me montrera si l’Amour trouve moyen de triompher, si notre relation peut finalement devenir lumineuse.

Enfin, il y a ce regard brun qui a surgi sur ma route. Un regard intense que je n’attendais pas. Un regard franc, ardent, qui me foudroie, me bouscule, me dépouille, moi qui aime la sérénité de mes jours, de ma solitude, d’un emploi du temps que je gère. Il me regarde et je lis mille requêtes silencieuses dans ses yeux. Il me demande de sortir de ce confort ouaté dans lequel je me suis réfugiée. Il me regarde de ses yeux bruns et je ne peux plus ni fuir ni me cacher. Et mon cœur bat si vite. J’ai peur de ce qu’il va dire, de ce que je vais dire, j’ai peur que ça marche et j’ai peur que ça ne marche pas. J’ai peur de me tromper, j’ai peur de m’enflammer, j’ai peur d’être déçue, j’ai peur – et j’ai envie à la fois. Je dors mal, la nuit je tourne et je me retourne, et dans ma tête, j’entends la vie, rieuse, moqueuse, généreuse, la vie qui me murmure : alors, chérie, es-tu prête à aimer ?

Et vous, ces derniers jours, dans quelles circonstances avez-vous entendu le murmure de la vie, le murmure de l’Amour ?

> Pour laisser un commentaire, retrouvez ce texte sur ma page FB. 

Pas de commentaire

Qui suis-je ?

Qui-suis-je
Pour changer le monde, changeons les récits qui circulent : votre message, votre voix, votre histoire, je vous donne les moyens de les faire entendre.

Newsletter

SUIVEZ-MOI SUR FACEBOOK