Auteure | Coach Littéraire

M’Chroniques n°5 – MANDELA DEVANT NOUS

Sa photo est posée sur des livres, parmi les étagères de ma bibliothèque, je le regarde. Je me demande ce qu’il dirait de notre situation, ce qu’il pourrait nous conseiller, à nous les confinés. Parce qu’il aurait sûrement quelques indications sages à nous donner, lui qui a passé 27 ans enfermé. 27 ans. Un morceau immense de sa vie. Une épreuve terrible, dont il ressort avec une lumière incroyable, un charisme, qui permet à son pays une transition pacifique vers la démocratie.

Lorsqu’il accède à la présidence de la République d’Afrique du Sud, il prononce ces mots :
« Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite. C’est notre propre lumière, et non pas notre obscurité, qui nous effraie le plus. Nous nous posons la question : qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux ? En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ? »

Je pense à ce discours, et je pense à Martin Luther King, à Gandhi, qui ont également fait de fréquents séjours en prison. Quelle importance ont eu ces moments dans leur trajectoire respective ? Est-ce que ces moments les ont renforcés dans leurs convictions ? Est-ce que ces temps de retrait les ont poussés à changer, à reconsidérer certaines de leurs actions, stratégies, ambitions ?

Bien sûr, nous ne sommes pas dans les mêmes circonstances qu’eux, nous n’avons sûrement pas à porter les mêmes destinées… Enfin a priori. Qui sait ce qui nous attend demain, à l’heure des grands changements écologiques ? En tout cas, l’exemple de ces hommes semble indiqué qu’une période entre quatre murs, loin de diminuer, peut contribuer à faire grandir. On peut ainsi émettre l’hypothèse que ce moment que nous vivons est aussi une opportunité d’aller vers notre grandeur, thématique si chère à Mandela.

Bien sûr, l’épreuve n’est pas la même pour tout le monde. Pour les soignants, dans les hôpitaux et EHPAD, pour tous ces âmes courageuses et généreuses qui continuent à assurer leur travail pour que la société fonctionne, ce sont des semaines d’extrême danger. Pour les familles bloquées dans des logements riquiqui avec des tensions croissantes, pour les hommes et les femmes isolés, pour les plus vulnérables qui craignent de perdre leur emploi, leur revenu, leur avenir, pour les victimes de violence, pour les enfants qui sont délaissés, ces semaines peuvent être tragiques. Mais pour d’autres, qui ont à manger, un toit, un boulot, des aimés – peut-être qu’on peut plonger en nous, y trouver des ressources inattendues.

Et peut-être, s’il y avait une seule chose à expérimenter, ce serait de développer un peu d’empathie les uns envers les autres. S’abstenir de juger. Limiter les comparaisons stériles, les projections expéditives, les verdicts définitifs. Pour nul être humain, c’est facile. Certaines personnes sont plus chanceuses que d’autres, certes. L’épreuve n’est pas la même parce que nous n’avons pas les mêmes vies, parce que nous n’avons pas les mêmes cartes du jeu entre nos mains. On ne sait pas non plus comment ce chapitre s’inscrit dans l’histoire globale de chaque personne. Chacun-chacune fait comme il peut, au jour le jour, pour affronter la dimension initiatique de cet épisode.

Mandela dit qu’il a tenu en lisant et relisant un poème de l’écrivain William Ernest Henley, texte intitulé « invictus / invaincu ». En voici les deux derniers paragraphes :
« En ce lieu de colère et de pleurs,
Se profile l’ombre de la mort,
Et bien que les années menacent,
Je suis et je resterai sans peur.

Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme. »

Je crois que c’est un challenge en soi d’être capitaine de son âme. J’ai envie d’essayer, ici, maintenant, en hommage à Mandela, modèle qui m’inspire tellement.

Et vous, qui vous inspire en ce moment ? Qui vous donne de la force pour traverser cette période et les incertitudes qui en découlent ?

Pour me laisser un commentaire, retrouvez ce texte sur ma page FB. 

Pas de commentaire

Qui suis-je ?

Qui-suis-je
Pour changer le monde, changeons les récits qui circulent : votre message, votre voix, votre histoire, je vous donne les moyens de les faire entendre.

Newsletter

SUIVEZ-MOI SUR FACEBOOK