Auteure | Coach Littéraire

M’Chroniques n°21 – MAIN À LA PÂTE

On nous dit :

La deuxième vague pourrait être plus haute que la première.

On nous dit :

Plan Vigipirate niveau 3, tous les services sont en alerte.

On nous dit :

Les prévisions économiques pour 2021 sont très mauvaises.

Des phrases comme des coups qui assomment. Des phrases qui nous laissent avec un sentiment pesant d’impuissance. Tout ce qu’on ne choisit pas, tout ce qu’on subit. Accès de découragement. Pire : en réaction, l’émotion qui surgit, c’est la peur.

Or rien de grand ne s’accomplit si on est étouffé par la peur. Pour chacun chacune, en premier lieu, l’enjeu est de calmer la peur. La technique que je trouve personnellement la plus efficace, quand j’ai une bouffée d’angoisse, c’est de décrocher le téléphone. Appeler une amie, ma sœur, une personne de mon entourage professionnel. Remettre les choses en perspective, échanger une blague, trouver une idée pour cuisiner, évoquer un artiste, rêver à un prochain voyage – tout pour recréer un mouvement, pour sortir de l’inertie dans laquelle me plonge l’anxiété.

Ensuite, une fois calmée, je reviens à mes envies et mes talents. Car nous avons tous des envies et des talents. Et l’essentiel, c’est d’abord de les reconnaître. D’y croire. De croire en soi. De croire qu’on a des cartes à jouer, des contributions à apporter autour de nous. Une parole, un geste, une initiative qui rassemble, peu importe l’étendue du projet, nous avons chacun chacune du pouvoir. Il y a toujours une quantité de domaines dans lesquels nous avons une marge de manœuvre, une possibilité de faire une différence.

Rappelons-nous : nous ne sommes pas à l’extérieur de la société, nous sommes dedans. A ce titre, quelle que soit la situation, nous pouvons agir, endosser des responsabilités, honorer nos talents. Il y a mille exemples dans l’Histoire d’hommes et de femmes, qui, face à l’adversité, saisissent le flambeau, de façon à être en cohérence avec leur conscience et leurs convictions. Ce n’est pas réservé à une minorité dotée de qualités particulières d’avoir une influence : c’est à la portée de vous comme de moi. La seule condition, c’est d’y croire.

Ensuite, c’est une question d’organisation, de détermination, de courage – des questions pratiques finalement. Je sais de quoi je parle puisque ça fait presque cinq ans que je dédie des heures et des heures à publier du contenu sur cette page, sans être payée un euro, parce que je crois que les mots, les histoires, la poésie peuvent changer la façon dont on imagine et bâtit le futur. C’est ma vision, forcément limitée, avec des moyens là encore limités, mais je tiens semaine après semaine parce que ma conscience me dicte ma conduite et que j’aime me coucher le soir avec le sentiment d’avoir accompli ma part de colibri.

Encore une fois, j’en suis convaincue, la portée de la contribution importe peu. Et le secteur de cette contribution importe peu également. Éducation, écologie, solidarité, innovation, art… A vous de choisir là où vous avez envie de mettre vos talents, votre cœur et votre énergie. A vous de choisir comment vous avez envie de sortir de l’impuissance pour poser un acte qui aille dans le sens du monde auquel vous aspirez. Nous sommes tous reliés : c’est le rassemblement de nos idées, leur concrétisation dans le réel, qui nous permettra d’avoir un impact positif plus grand.

Il n’y aura personne pour nous sauver de l’effondrement. Il n’y aura que nos bonnes volontés, notre foi, notre union, pour accoucher du monde d’après, pierre après pierre, un monde qui reflète nos talents, nos valeurs et notre élan. J’y crois, je m’y attèle… Et vous, vous êtes de la partie ?

> Pour laisser un commentaire, retrouvez ce texte sur ma page FB. 

Pas de commentaire

Qui suis-je ?

Qui-suis-je
Pour changer le monde, changeons les récits qui circulent : votre message, votre voix, votre histoire, je vous donne les moyens de les faire entendre.

Newsletter

SUIVEZ-MOI SUR FACEBOOK